De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie
Évolution des techniques et des structures de charpenterie aux XIIe-XIIIe siècles

Frédéric Épaud

624 pages, couleur, format 22 x 28 cm, 2011 (édition originale 2007),

Publications du CRAHM

ISBN : 978-2-902685-81-3,
Prix : 55 € TTC

La construction en bois représente l’un des aspects les plus importants de l’architecture médiévale normande et aussi l’un des plus méconnus. De la croissance des arbres en forêt à la mise en place d’une charpente, de nombreuses questions amènent pourtant à considérer conjointement histoire économique, histoire des techniques et histoire de l’art.

Le passage de l’architecture romane à l’architecture gothique en Normandie offre ici le cadre de cette réflexion. L’étude archéologique des charpentes des XIIe-XIIIe siècles conservées en élévation permet d’aborder la sylviculture, l’approvisionnement des chantiers ou encore les techniques de conception et de mise en œuvre du bois (taille, tracé d’épure, levage…). L’attention portée aux interactions entre les structures en bois et leur support en pierre amène à une compréhension nouvelle de la place des charpentes dans l’architecture romane et gothique.

Une cinquantaine d’études monographiques sont consacrées aux charpentes d’édifices romans et gothiques de Haute et Basse-Normandie, notamment celles des cathédrales de Rouen, Bayeux et Lisieux, des grandes abbatiales de Fécamp, de Saint-Georges de Boscherville mais aussi de nombreuses autres églises, de manoirs, de granges et de bâtiments abbatiaux des XIIe-XIIIe siècles. Grâce à l’analyse des charpentes datées pour la plupart par dendrochronologie, ces études permettent de reconsidérer ces monuments sur le plan archéologique, ­architectural et historique. Elles illustrent la richesse et la diversité des ouvrages en bois en abordant aussi bien des charpentes de combles, de bas-côtés, de voûtes lambrissées, de pans-de-bois, que des beffrois ou des structures de granges.

Abondamment illustré de photos et de relevés inédits, ce volume offre un panorama des techniques médiévales de mise en œuvre du bois ainsi qu’une meilleure compréhension du passage de la charpente romane à la charpente gothique à travers l’étude archéologique des nombreux ouvrages en bois conservés sur les édifices majeurs de l’architecture normande des XIIe-XIIIe siècles.

Plus d’informations