À propo[t]s de l’usage, de la production
et de la circulation des terres cuites
dans l’Europe du Nord-Ouest autour des XIVe-XVIe siècles

Actes publiés sous la direction
d’Anne Bocquet-Liénard et Bruno Fajal

344 pages, format 22 x 28 cm, 2011,
ISBN : 978-2-902685-64-6, ISSN : 1772-5992,
Table ronde du CRAHM n° 5,
Prix : 37 € TTC

Si l’étude des terres cuites reste emblématique de la naissance de l’archéologie médiévale il y a une cinquantaine d’années, on perçoit encore mal aujourd’hui la variété des recherches mises en œuvre. Cet ouvrage propose un bilan de l’histoire de la discipline et un aperçu de son avenir.

La période offerte à la réflexion (autour des XIVe-XVIe siècles) est celle d’une importante transformation de l’artisanat céramique, marquée par l’enrichissement du vaisselier et par l’émergence de hameaux ou de villages spécialisés. Ces quelques siècles se prêtent particulièrement bien à une illustration de l’évolution des recherches dans ce domaine : des sources textuelles plus abondantes, conjuguées au renouvellement des problématiques archéologiques ainsi qu’au développement des études archéométriques, autorisent un nouveau regard sur les ateliers, sur les productions et sur les échanges…

Les informations recueillies concernant la circulation des pots, et donc des hommes – en particulier entre la France et les îles Britanniques pendant cette période marquée par la guerre de Cent Ans –, rappellent le lien permanent qui existe entre la culture matérielle et les échanges culturels.

Plus d’informations